Histoires d’immeuble… Le 7 rue Beautreillis

n° 7 - image 6

Le n° 7 rue Beautreillis, situé à l’angle de la rue Charles V, est l’une des maisons les plus belles de la rue, en tout cas l’une des plus originales et sans doute la plus emblématique.

Construite à la charnière des XVIe et XVIIe siècles[1], elle compte parmi les plus anciennes de la rue et a conservé beaucoup de ses caractéristiques originales.

En 1852, les fonctionnaires du cadastre la décrivaient ainsi Continuer à lire … « Histoires d’immeuble… Le 7 rue Beautreillis »

Histoires de numéros… Quand 1 = 9, et 13 = rien

Jusqu’en 1838, la rue Beautreillis débutait au carrefour de la rue Charles V pour se terminer rue Saint-Antoine. La partie sud, plus ancienne[1] et aboutissant rue des Lions-Saint-Paul, était dénommée rue du Pistolet, du nom d’une enseigne, mais aussi et finalement rue Gérard Beauquet[2], nom d’un particulier, peut-être un acquéreur ou l’héritier d’un acquéreur d’une des parcelles mises en vente lors de l’aliénation des terrains du domaine royal de Saint-Paul[3].

Gustave Pessard, au tout début du XXe siècle, nous dit qu’on pouvait voir « à l’angle de la rue des Lions-Saint-Paul et de cette rue, une plaque murale : Gérard Beauquet ». Continuer à lire … « Histoires de numéros… Quand 1 = 9, et 13 = rien »

Histoires d’immeuble… Le 14 rue Beautreillis

Cité comme ayant fait partie de l’ensemble des corps de bâtiment et de corps de logis ayant formé l’Hôtel de Charny[1], le bâtiment qui occupait l’actuel n° 14 de la rue Beautreillis avant sa destruction dans les années 1960 ou 1970 fut lui aussi un hôtel à part entière, dénommé Hôtel de Lionne, du nom de l’un de ces anciens propriétaires.

Au milieu du XIXe siècle, il devait encore présenter une certaine allure. Les officiers du cadastre le décrivaient ainsi en 1852[2] :

Continuer à lire … « Histoires d’immeuble… Le 14 rue Beautreillis »