Histoires de quartier… Le manège Saint-Paul

image 2  Au mois de mars 1898 ouvre au n° 30 rue Saint-Paul « un vaste établissement hippique et école d’équitation et de dressage ». Il se propose de « mettre le cheval à la portée de tous les jeunes gens et de toutes les jeunes femmes » [1], des « sportmen, sportwomen et officiers de réserve » grâce à ses prix modiques[2]. Mais parallèlement à ces activités équestres, le manège, qui s’étend sur une superficie de 1 400 m², devient vite l’une des plus grandes salles de réunions publiques de Paris. Jusqu’à sa fermeture en 1916, le manège Saint-Paul est l’un des centres de la vie politique parisienne et nationale. Là où aujourd’hui, depuis peu, s’élève un gymnase en toile, c’est devant des milliers de personnes que les plus grandes figures politiques et les plus grands orateurs d’avant 1914, de Déroulède à Jaurès, ont prononcé leurs discours .

L’emplacement du manège

L’histoire du manège Saint-Paul s’inscrit d’abord dans celle d’un lieu, le quadrilatère formé par la rue Saint-Antoine, la rue Beautreillis, la rue Charles V et la rue Saint-Paul[3]. Jusqu’à la Révolution française, l’église Saint-Paul présentait sa façade rue Saint-Paul, au niveau actuel des numéros 28, 30 et 32, et le cimetière Saint-Paul, l’un des plus grands de Paris, occupait dans son prolongement un vaste terrain clôturé sur tout son pourtour par des charniers[4]. Continuer à lire … « Histoires de quartier… Le manège Saint-Paul »

Histoires de rue… L’alignement de la rue Beautreillis (fin)

Image 1
Le 27 rue Beautreillis, avant sa démolition (Bib. Ville de Paris)

Charbon et vins au n° 27

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, les agents du cadastre, au cours de leurs passages, décrivent de la sorte l’immeuble du 27 rue Beautreillis[1] : « Cette propriété a son entrée par une porte d’allée. Elle consiste en un corps de logis sur rue, simple en profondeur », élevé sur caves doubles et voûtées en pierres, « d’un rez-de-chaussée, quatre étages carrés et le cinquième formant grenier. Construction en mauvais état, en moellons et pans de bois, desservie par un escalier peu facile ». Étroit, avec ses 8 mètres de façade à croisée unique sur 4 mètres de profondeur, l’immeuble se partage entre une boutique et de « très petites locations ». Jouxtant le côté gauche, une partie basse d’un niveau, « édifiée sur caves », est partagée avec la maison voisine[2].

Les travaux de restauration des façades et la reconstruction partielle des maisons des 25, 27 et 29 rue Beautreillis au début des années 1870[3] ont permis notamment la transformation des greniers en étages mansardés. La couverture de la maison est restée en tuiles. Au début du XXe siècle, les trois immeubles ne sont pas reliés à l’égout et la vidange du n° 27 se fait dans une fosse « commune avec les deux propriétés voisines ». « Au 5e étage, un couloir desservant l’immeuble [du n°] 29 pénètre dans les combles et dessert un WC appartenant au 29 ». « Le gaz n’existe que dans la boutique », où se trouve « le seul poste d’eau », mitoyen avec le n° 25. L’architecte-voyer note à cette époque que la « construction est en médiocre état et [que] l’entretien en est très négligé ».

Continuer à lire … « Histoires de rue… L’alignement de la rue Beautreillis (fin) »