Histoires d’immeuble… Le 23 rue Beautreillis, immeuble industriel (2)

Entre 1814 et 1830, à l’époque où Charles-Germain Frémy fabriquait du papier de verre dans son atelier d’artisan rue Beautreillis, les opérations faites manuellement consistaient, sommairement, à étaler du verre pilé plus ou moins fin « au moyen d’un tamis sur une feuille de papier fort sur laquelle on [avait] étendu une couche de colle claire », en veillant à répandre du verre « jusqu’à ce que toute la surface en soit bien couverte »[1]. Dans les années 1840 et 1850, l’atelier d’artisan, repris par François Frémy, l’entreprenant fils de Charles Germain, se mua en fabrique. Si le lieu restait encore rattaché par bien des aspects au monde et aux pratiques de l’artisanat, les marques d’une transformation industrielle apparurent rapidement avec la rationalisation du travail et des étapes de fabrication, l’utilisation de machines, la recherche d’une uniformisation de la qualité et d’une augmentation de la production.

Continuer à lire … « Histoires d’immeuble… Le 23 rue Beautreillis, immeuble industriel (2) »

Histoires d’immeuble… Le 23 rue Beautreillis, immeuble industriel (1)

Atelier de menuisier (BnF Gallica).

On l’a un peu oublié, mais la rue Beautreillis, comme les rues voisines et l’ensemble du Marais, était au XIXe siècle une zone où l’artisanat et même l’industrie s’étaient massivement installés dans les demeures anciennes. L’hôtel qui jusqu’à sa transformation il y a cent-cinquante ans occupait l’emplacement du numéro 23 de la rue en est une bonne illustration.

Continuer à lire … « Histoires d’immeuble… Le 23 rue Beautreillis, immeuble industriel (1) »