Histoires de quartier… La rue Neuve-Saint-Pierre et l’ancien passage Saint-Pierre. 10 – L’ouverture vers la rue Saint-Paul (1)

Image 1
Vue du 34 rue Saint-Paul, peu avant sa démolition, avec le passage voûté donnant accès au passage Saint-Pierre (Bibliothèques de la Ville de Paris)

Le tracé en équerre du passage Saint-Pierre, entre la rue Saint-Antoine et la rue Saint-Paul, débouchait dans cette dernière rue par une galerie voûtée traversant l’immeuble du n°34. Datant du XVIIe siècle, cette vieille demeure fut abattue en 1913-1914 pour ouvrir sur la rue Saint-Paul la future rue Neuve-Saint-Pierre, tracée sur les ruines du passage condamné. Lucien Lambeau, de la Commission du Vieux-Paris, dressa alors  un rapport validant les démolitions mises en œuvre[1]. Pour écrire cette histoire, nous partirons de son travail et nous le complèterons et l’illustrerons par d’autres informations tirées des archives, de la presse et des sources bibliographiques.

Continuer à lire … « Histoires de quartier… La rue Neuve-Saint-Pierre et l’ancien passage Saint-Pierre. 10 – L’ouverture vers la rue Saint-Paul (1) »

Images de quartier… Le 12 rue des Lions-Saint-Paul

IMG_4273
Portail du 12 rue des lions-Saint-Paul (Phot. G. Landau).

L’hôtel de Launay, situé au 12 rue des Lions-Saint-Paul, a été construit au début du XVIIe siècle. Il est remarquable par bien des aspects, et notamment par son portail. « Décoré de claveaux en bossage, [il] est surmonté d’un fronton à base interrompue par une clé passante en pointe de diamant et deux claveaux ». Les ventaux de la porte sont « sculptés de rinceaux, coquilles, palmes et fleurs »[1].

Continuer à lire … « Images de quartier… Le 12 rue des Lions-Saint-Paul »

Histoires de quartier… La rue Neuve-Saint-Pierre et l’ancien passage Saint-Pierre. 9 – Le passage Saint-Pierre, côté impair (4)

Les 9, 11 et 13 passage Saint-Pierre

image 6
A l’emplacement où aujourd’hui se dresse l’immeuble abritant, côté rue Neuve-Saint-Pierre, le Monoprix Saint-Paul, s’élevaient, ici à droite, jusqu’à leur démolition en 1915, les trois maisons numérotées 9, 11 et 13 passage Saint-Pierre. Au fond, on aperçoit le passage voûté qui donnait alors, au travers d’un immeuble aujourd’hui disparu, sur la rue Saint-Paul, et à gauche, le mur des bâtiments de l’ancienne école de garçons, reconstruite entre 1913 et 1924. (phot. Atget, vers 1900, Gallica BnF)

Les trois maisons contigües portant les numéros 9, 11 et 13 bordaient la partie du passage Saint-Pierre qui rejoignait la rue Saint-Paul. Après la nationalisation, en 1792, des biens de la Fabrique Saint-Paul dont elles faisaient partie, elles furent louées, ainsi que tout le passage, au citoyen Carlet, « par bail du 21 ventôse an II (11 mars 1794), pour 9 années à compter du 12 germinal audit an II (1er avril 1794) ». Trois ans plus tard, le 27 messidor an V (15 juillet 1797), les trois maisons furent mises en vente et acquises « moyennant 51 700 francs, [par le] citoyen Rotrou, demeurant rue du Petit-Musc, n° 12 »[1].

Continuer à lire … « Histoires de quartier… La rue Neuve-Saint-Pierre et l’ancien passage Saint-Pierre. 9 – Le passage Saint-Pierre, côté impair (4) »

Histoires de quartier… La rue Neuve-Saint-Pierre et l’ancien passage Saint-Pierre. 9 – Le passage Saint-Pierre, côté impair (3)

image 4
Le 5/7 passage Saint-Pierre. L’immeuble est vu depuis l’entrée du passage rue Saint-Paul. Il est  en cours de démolition, la partie sur sa gauche étant déjà abattue. A droite de la voie, l’ancien bâtiment de l’école primaire (Coll. Bibliothèques de la Ville de Paris).

Le 5/7 passage Saint-Pierre

Avec l’immeuble du n° 6 dont elle était mitoyenne et avec lequel elle s’imbriquait, la propriété portant le n° 5/7 du passage Saint-Pierre était en partie bâtie sur le passage voûté qui conduisait à l’ancien cimetière Saint-Paul. Située à la rencontre des deux tronçons en équerre formant le passage Saint-Pierre, elle possédait deux entrées placées de part et d’autre de la voûte marquant l’angle de la voie, cette particularité expliquant sa double numérotation.

Issu comme les bâtiments voisins des biens de l’ancienne Fabrique Saint-Paul nationalisés en 1792, le n° 5/7 fut vendu le 28 fructidor an IV (14 septembre 1796) « moyennant 8 100 francs au citoyen Berger, demeurant quai des Augustins, n° 48 »[1]. Antoine-Dominique Berger mourut en 1814. Sa veuve, Jeanne-Françoise Minnonet, décédée en 1826, désigna Clotilde-Égalité Villain, épouse de Jean-Pierre-Joseph Collin, comme héritière universelle. Clotilde-Égalité mourut en 1842, son mari en 1843, et leurs enfants se défirent de leur bien qui fut vendu par adjudication à Honoré-Joseph Texier, brasseur au 232 rue du Faubourg Saint-Antoine. A son décès en 1861, la propriété fut acquise, par adjudication là encore[2], par l’un de ses fils, Jules-André Texier. Puis en 1887, elle fut achetée par Alphonse-Alexandre Foiret, habitant Villiers-sur-Marne, contre la somme de 54 000 francs [3].

Continuer à lire … « Histoires de quartier… La rue Neuve-Saint-Pierre et l’ancien passage Saint-Pierre. 9 – Le passage Saint-Pierre, côté impair (3) »

Histoires de quartier… La rue Neuve-Saint-Pierre et l’ancien passage Saint-Pierre. 9 – Le passage Saint-Pierre, côté impair (2)

image 5
Le Cabinet de lecture, d’après Henri Monnier, XIXe siècle
(BnF, Estampes et photographies)

Le 3 passage Saint-Pierre

Encastrée entre ses deux voisines, la maison du n° 3 du passage Saint-Pierre était une petite propriété de 60 m², présentant une façade de dix mètres sur le passage, mais profonde de seulement 7,50 mètres[1]. Elle était composée de deux corps de bâtiment accolés et sans doute indépendants à l’origine, les hauteurs de plancher étant différentes entre les deux. Réunies par un escalier sur lequel s’ouvrait directement la porte d’entrée, une partie gauche, qui comptait trois étages étroits à croisée unique, jouxtait une construction de deux niveaux à deux croisées, dont une éclairant les paliers. La maison, bâtie sur caves et dont le rez-de-chaussée était occupé par deux boutiques, ne disposait pas de cour, et l’arrière du bâtiment, « mitoyen pour l’air des deux courettes dépendant du n° 5/7 » [2], y prenait aussi son peu de lumière.

Continuer à lire … « Histoires de quartier… La rue Neuve-Saint-Pierre et l’ancien passage Saint-Pierre. 9 – Le passage Saint-Pierre, côté impair (2) »

Histoires de quartier… La rue Neuve-Saint-Pierre et l’ancien passage Saint-Pierre. 9 – Le passage Saint-Pierre, côté impair (1)

Image 5
Le passage Saint-Pierre côté rue Saint-Antoine. Tout de suite à droite, le n° 1, avec ses trois croisées en façade.

Depuis que nous arpentons le vieux passage Saint-Pierre, nous avons jusqu’alors surtout visité des écoles et des crèches, des lieux de sociabilité, une entreprise aussi, le lavoir Saint-Paul. Des dizaines d’habitants qui vivaient dans cette voie aujourd’hui disparue, nous n’avons rencontré pour l’instant que ceux qui logeaient au numéro 6, dans l’immeuble qui surmontait l’antique voûte formant angle entre ces deux voies placées en équerre qui débouchaient l’une rue Saint-Antoine, l’autre rue Saint-Paul. D’autres maisons abritant logements, boutiques et ateliers bordaient le côté impair du passage sur ses deux axes. Elles étaient toutes qualifiées de « très anciennes » dans les rapports des autorités sanitaires, et entre trois et quatre cents personnes devaient y habiter au tournant des XIXe et XXe siècles[1]. Nous allons à petits pas entrer chez elles.

Continuer à lire … « Histoires de quartier… La rue Neuve-Saint-Pierre et l’ancien passage Saint-Pierre. 9 – Le passage Saint-Pierre, côté impair (1) »

Brèves de quartier… La rue Neuve-Saint-Pierre et l’ancien passage Saint-Pierre. 8 – L’école communale, d’un siècle à l’autre (ajouts)

image 6Nous pensions être enfin sortis de l’école de la rue Neuve-Saint-Pierre, mais la lecture de la presse à la recherche d’autres histoires nous a fait trébucher sur des évènements qu’il aurait été dommage de ne pas relever. Le modernisme de cette école inaugurée le 24 janvier 1924, avec notamment ses douches et son cabinet médical, avait été remarqué, et la presse, on l’a vu, s’en fit l’écho, suggérant qu’il faudrait « désormais, s’inspirer de toutes les réalisations heureusement faites rue Neuve-Saint-Pierre quand on créera de nouvelles écoles dans d’autres quartiers »[1].

Continuer à lire … « Brèves de quartier… La rue Neuve-Saint-Pierre et l’ancien passage Saint-Pierre. 8 – L’école communale, d’un siècle à l’autre (ajouts) »