Histoires d’immeuble… Le 2 rue Beautreillis

image 1A l’extrémité sud de la rue Beautreillis se dresse un haut bâtiment moderne construit en 1933, dont la façade principale s’étend rue des Lions-Saint-Paul jusqu’à la rue du Petit-Musc. Ses deux entrées sont disposées sur deux courtes façades latérales, la principale côté rue du Petit-Musc, au n° 9, et une secondaire rue Beautreillis, au n° 2.

Avant lui s’élevait à cet emplacement un bâtiment dont il ne reste rien et qui avait son entrée rue des Lions-Saint-Paul. C’est son histoire que nous allons essayer de restituer.

Continuer à lire … « Histoires d’immeuble… Le 2 rue Beautreillis »

Histoires de rue… Ou comment la rue Beautreillis faillit disparaître.

Le boulevard Henri IV et sa trajectoire ont été pensés par le baron Haussmann comme le prolongement sur la rive droite du boulevard Saint-Germain. Le pont Sully, lancé entre les deux rives, devait joindre les deux axes à travers l’extrémité orientale de l’Île Saint-Louis.

Le prix à payer pour le quartier de l’Arsenal sera la destruction de l’ancien couvent des Célestins, d’une partie des rues de La Cerisaie, Castex, de Lesdiguières et Jacques Cœur et de nombre d’hôtels anciens et de maisons.

Ce projet, comme d’autres parmi les nouvelles percées et les destructions menées par Haussmann dans sa transformation de Paris, suscita débats et oppositions. Certains proposèrent des alternatives qui, si elles procédaient du même esprit visant à créer de grandes avenues au travers du bâti ancien et confiné, auraient pu offrir une autre physionomie de la ville actuelle si elles avaient été mises en œuvre.

C’est ainsi qu’un nommé Denis de Hansy soutient en 1861 une proposition de tracé différent de celui projeté pour le futur boulevard Henri IV qui, si elle avait été retenue, aurait littéralement éventré la rue Beautreillis.

Continuer à lire … « Histoires de rue… Ou comment la rue Beautreillis faillit disparaître. »

Histoires d’immeuble… Le 13 rue Beautreillis (suite)

Le 13 est-il vraiment un numéro qui porte malchance ?

Le 13-épisode 2 - 1

   En 1867 déjà, le malheur avait frappé l’immeuble, quand le marchand de vins et restaurateur Minatte, qui tenait la grande boutique à droite de la porte d’entrée, avait assassiné son épouse d’un coup de revolver avant de retourner l’arme contre lui (voir Histoires d’immeuble…).

   Ce magasin, constitué, outre la boutique sur rue, d’une arrière-boutique et d’une salle à manger, est depuis longtemps dévolu au commerce des vins et de l’alcool. Entre 1849 et 1867 se succèdent neuf « gargotiers », « débitants de liqueurs » et autres « marchands de vins ».

Continuer à lire … « Histoires d’immeuble… Le 13 rue Beautreillis (suite) »

Histoires d’immeuble… Le 14 rue Beautreillis (suite)

« Locations bourgeoises et petits ouvriers »

Le n° 14 de la rue Beautreillis était en 1852, et au moins jusqu’en 1867, la propriété de « Henri-Antoine Moquet et consorts ». Les différents corps de logis étaient partagés entre « locations bourgeoises et petits ouvriers »[1]. Un certain nombre de ces locataires sont mieux connus grâce aux informations contenues dans les almanachs et autres Bottins de l’époque.  Ces annuaires ne recensaient pas tous les habitants, mais uniquement ceux que leur notabilité distinguait et ceux dont les activités commerciales ou industrielles méritaient un signalement. Continuer à lire … « Histoires d’immeuble… Le 14 rue Beautreillis (suite) »

Histoires d’immeuble… Le 7 rue Beautreillis

n° 7 - image 6

Le n° 7 rue Beautreillis, situé à l’angle de la rue Charles V, est l’une des maisons les plus belles de la rue, en tout cas l’une des plus originales et sans doute la plus emblématique.

Construite à la charnière des XVIe et XVIIe siècles[1], elle compte parmi les plus anciennes de la rue et a conservé beaucoup de ses caractéristiques originales.

En 1852, les fonctionnaires du cadastre la décrivaient ainsi Continuer à lire … « Histoires d’immeuble… Le 7 rue Beautreillis »

Histoires de numéros… Quand 1 = 9, et 13 = rien

Jusqu’en 1838, la rue Beautreillis débutait au carrefour de la rue Charles V pour se terminer rue Saint-Antoine. La partie sud, plus ancienne[1] et aboutissant rue des Lions-Saint-Paul, était dénommée rue du Pistolet, du nom d’une enseigne, mais aussi et finalement rue Gérard Beauquet[2], nom d’un particulier, peut-être un acquéreur ou l’héritier d’un acquéreur d’une des parcelles mises en vente lors de l’aliénation des terrains du domaine royal de Saint-Paul[3].

Gustave Pessard, au tout début du XXe siècle, nous dit qu’on pouvait voir « à l’angle de la rue des Lions-Saint-Paul et de cette rue, une plaque murale : Gérard Beauquet ». Continuer à lire … « Histoires de numéros… Quand 1 = 9, et 13 = rien »

Histoires d’immeuble… Le 14 rue Beautreillis

Cité comme ayant fait partie de l’ensemble des corps de bâtiment et de corps de logis ayant formé l’Hôtel de Charny[1], le bâtiment qui occupait l’actuel n° 14 de la rue Beautreillis avant sa destruction dans les années 1960 ou 1970 fut lui aussi un hôtel à part entière, dénommé Hôtel de Lionne, du nom de l’un de ces anciens propriétaires.

Au milieu du XIXe siècle, il devait encore présenter une certaine allure. Les officiers du cadastre le décrivaient ainsi en 1852[2] :

Continuer à lire … « Histoires d’immeuble… Le 14 rue Beautreillis »