Histoires de rue… Brève histoire de la rue Beautreillis jusqu’au début du XIXe siècle.

L’idée de ce blog est de construire une histoire de la rue Beautreillis comme si on voulait essayer de rebâtir un vieux mur effondré il y a longtemps. Sur le champ sont dispersées des pierres. Les plus grosses, les mieux taillées ont déjà été remontées et l’histoire de la rue, celle de son illustre origine et de ses plus anciennes maisons, est connue. Notre ambition sera donc de nous occuper des petites pierres et des fragments restés au sol pour tenter de les remettre à leur place entre les belles pierres du vieux mur.

Mais en guise d’amorce, il est utile de présenter en premier lieu, même sommairement, la rue Beautreillis en nous servant notamment des notices du dictionnaires de Félix et Louis Lazare, publié en 1855[1] et de celui de Jacques Hillairet, paru pour sa première édition en 1960[2], ainsi que de l’ouvrage de M. Lefeuve sur les anciennes maisons de Paris[3].

Continuer à lire … « Histoires de rue… Brève histoire de la rue Beautreillis jusqu’au début du XIXe siècle. »

Histoires d’immeuble… Le 13 rue Beautreillis.

Le Double crime de la rue Beautreillis.

Le 20 août 1867, alors que Paris brillait sous les feux de l’Exposition universelle et brûlait sous un soleil ardent comme le rapportait La Presse

Blog article 1 - image 0

on pouvait lire dans la rubrique des Nouvelles diverses du quotidien Le Constitutionnel, qui égrainait sans véritable ordonnance nominations à des décorations diverses, nouvelles politiques et mondaines, annonces de spectacles et résultats sportifs, le fait divers suivant :

Blog article 1 - image 1

Continuer à lire … « Histoires d’immeuble… Le 13 rue Beautreillis. »

Demandez le programme !

EN GUISE D’INTRODUCTION

L’ambition , modeste et mesurée, qui est à l’origine de la publication de ce blog, est le désir de faire connaître à tous, et en particulier aux gens qui y vivent ou qui y viennent souvent, l’histoire de la rue Beautreillis.

Des recherches entreprises ces dernières années m’ont fourni des matériaux qui me permettront de présenter, au fil des articles et à un rythme que j’espère régulier, des fragments d’histoire. Rassemblés, ils seront une esquisse, toujours imparfaite, des lieux et des habitants de la rue Beautreillis tels qu’ils étaient, essentiellement entre la fin du XVIIIe siècle et le début du XXe.

Pour autant, il ne sera pas interdit de s’échapper de la rue Beautreillis, et d’aller chercher dans les rues voisines d’autres histoires à conter. Nous nous donnerons comme frontières, au nord la rue Saint-Antoine et au midi la Seine, la rue des Nonnains d’Hyères à l’ouest et le boulevard Henri IV à l’est. Boulevard qui pourra peut-être être franchi, le coup d’épée que fut son percement dans les années 1870 ayant brutalement brisé l’unité d’un quartier qui finissait au bord du bassin de l’Arsenal.